Archive - septembre, 2013

Finalement y a t-il de bonnes pratiques ?


2013
09.03

A l’heure de la vague de publications des recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’Anesm les débats se font jours sur le sens, les enjeux, les logiques et les risques de tout codifier en bonnes pratiques notamment dans le secteur social et médico-social. La Revue V.S.T. (Vie Sociale et Traitement), aborde cela de manière transversale et critique dans son dernier numéro sous le titre évocateur : « Y a t-il de bonnes pratiques? ».

Résumé de l’éditeur :

« Comme d’autres activités, le travail social et le soin sont pris dans la tourmente des rationnalisations techniciennes qui promeuvent transparence, maîtrise, efficacité et obligation de résultat. En soi, cela ne peut être considéré comme aberrant ou irrecevable, sauf à revendiquer un parasitisme nourri des souffrances et des misères psychiques et sociales. Pour autant, la réalité de la clinique et des complexités sociales et humaines peut-elle toujours s’accomoder des injonctions à l’efficacité, des objectifs contractualisés, de la technicité normalisée des procédures ? Les trajectoires de la vie doivent-elles et peuvent-elles toujours s’inscrire dans les protocoles et les programmes pensés par tous les spécialistes et les experts ? Accompagner et soutenir l’autre dans un parcours de soin, d’insertion…de vie, suppose aussi une capacité à accepter de n pas toujours savoir où l’on va, à permettre à l’autre de s’embarquer sur des chemins que nul n’avait imaginés ou prévus. En tant que professionnels, faisons-nous toujours la place nécessaire à cette incertitude et à cet imprévisible qui peuvent se révéler plus nécessaires et productifs que tous les programmes et projets ? »

Dossier coordonné par Jean-Marie Vauchez, Marc Ossorguine

V.S.T., Y a t-il de bonnes pratiques, n° 118, 2013, Eres / Céméa