Archive pour la catégorie ‘A lire, à écouter et à voir…’

bébés box… et protection de l’enfance


2015
04.13

Protection de l’enfance

Depuis 2007, dans les environs d’Anvers (Belgique), une association met une « boîte à bébés » à disposition des parents en détresse qui veulent abandonner leur nouveau-né dans l’anonymat absolu. Ce dispositif, qui existait déjà en France au moyen-âge, vise à éviter les faits divers terribles d’infanticides de nouveau-nés ou d’abandons de bébés dans des lieux sordides.

On relève que l’Allemagne (même si elle fait dorénavant machine arrière) a été la première à adopter ce dispositif, suivie par une dizaine d’autres pays, comme l’Italie, la Suisse, la Pologne et la Belgique.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150226.OBS3413/un-5e-enfant-abandonne-dans-la-boite-a-bebes-de-belgique.html

Pour en savoir plus sur les « Tours d’abandon » :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_d’abandon

http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/06/11/en-europe-les-boites-a-bebes-se-multiplient_1716529_3214.html

http://fr.myeurop.info/2012/07/19/boites-a-bebes-les-abandons-de-plus-en-plus-nombreux-5715

Autistes, une place parmi nous… mais laquelle ?


2015
04.01

© Cinétévé

En avril sur ARTE TV, un documentaire de 2014 sur un sujet de société toujours au cœur des débats concernant l’intégration et la prise en charge des personnes présentant un syndrome de type autistique.

Résumé :  « Le nombre des autistes ne cesse d’augmenter et la question de leur prise en charge se pose avec de plus en plus d’acuité. Alors que la France accuse un retard considérable dans ce domaine, d’autres pays ont engagé des politiques audacieuses. Avec, au-delà des aspects médicaux, une réflexion sur l’altérité et la diversité, au coeur de ce choix de société. En croisant les expériences de cinq pays et en s’appuyant sur le point de vue d’experts, ce documentaire sonde l’énigme de l’autisme. Entre la solitude des familles en France et les thérapies comportementalistes des pays anglo-saxons, où la rééducation intensive tient presque parfois du dressage, il montre que d’autres solutions sont possibles ».

Plus d’information sur le documentaire : Autistes, une place parmi les autres

Les 10 ans de la loi du 11 février 2005 ou « La citoyenneté est-elle accessible aux personnes handicapées ? »


2015
02.11

A l’heure de l’anniversaire de la Loi du 11 février 2005 en faveur des personnes en situation de handicap, le débat reste ouvert sur leur insertion et citoyenneté au quotidien. L’émission de France Culture « Du grain à moudre » se penche sur la question :

Emission : La citoyenneté est-elle accessible aux personnes handicapées ?

avec les invités suivants :

Invité(s) :
Claude Hamonet, médecin, spécialiste de Médecine Physique et de Réadaptation
Florie Kerzulec, co-présidente de l’association Starting block
Rémi Gendarme, réalisateur
Serge Ebersold, sociologue, professeur à l’Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés (INSHEA)

Argumentaire de l’émission :

« La date butoir était fixée au 31 décembre 2014. Force est de constater que le délai n’aura pas été tenu. Car si la loi prévoyait qu’à cette date tous les établissements recevant du public devaient être accessibles aux personnes handicapées, ce n’est malheureusement pas la réalité aujourd’hui.

C’était pourtant l’un des grands objectifs de la loi du 11 février 2005 dont on marquera les dix ans demain. Loi « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». L’accès aux lieux publics faisait partie d’un projet plus ambitieux d’accessibilité à l’espace démocratique : droits et devoirs, mais aussi participation à la vie citoyenne. De fait si nous sommes tous citoyens avons-nous pour autant les mêmes moyens de son exercice ?

La nouveauté de cette loi était également de ne pas aborder le handicap sous l’angle exclusivement médico-social. A travers un meilleur accès aux services, mais aussi au travail et à la scolarité,  la loi de 2005 bousculait la logique de politique « compassionnelle » justement dénoncée par les associations. Mais son intitulé, « participation et citoyenneté des personnes handicapées », peut aussi être lu comme un aveu : celui d’un déficit d’intégration des personnes handicapées au sein de la Cité. 10 ans après, les choses ont-elles changé pour les 10 millions de personnes concernées par la situation ? »

Emission : La citoyenneté est-elle accessible aux personnes handicapées ?


nos amis les ados…


2013
11.13

… le monde des adolescents est souvent un mystère pour les parents et notre société. Voici un livre qui devrait apporter un éclairage intéressant sur le rapport entre adolescents et les notions de marge, art et culture.

Préface de Philippe Gutton

L’adolescence est ce pont suspendu entre enfance et âge adulte, entre marge, art et culture, entre ruptures et transformations, différences et intégrations. Elle est le temps de la créativité et de tous les possibles. Pourtant, acteurs-témoins de notre société en mutations et accélérations, les adolescents, entourés d’adultes qui ne jouent plus leur rôle contenant, sont parfois tentés par le repli sur soi et la consommation exponentielle. Dans notre époque peu favorable à une élaboration complexe de la violence pulsionnelle et des turbulences qui les traversent, ils vivent la solitude et l’urgence : urgence d’existence, d’expression, où l’art et la culture constituent des points d’ancrage décisifs, pour peu qu’une rencontre avec un adulte, un autre jeune, un média, permette d’en favoriser l’accès et de donner vie et forme à leurs vertiges. Au carrefour de la réflexion théorique, de l’expérience culturelle et de la pratique soignante vivante avec des adolescents, cet ouvrage offre une diversité de points de vue de professionnels de terrain (psychologues cliniciens, assistants sociaux, éducateurs, psychiatres, artistes, psychanalystes…), relatant leur clinique du quotidien (ateliers, groupes à médiations…), mais aussi leurs considérations sur le cadre de travail institutionnel. Tissage de témoignages et d’élaborations (kleiniennes, lacaniennes, littéraires, poétiques…), il fait écho aux caractéristiques dérangeantes et passionnantes de l’adolescence et à bien d’autres questions sur le soin, la société, la culture et les âges de la vie.

Voir le sommaire

L’adolescent entre marge, art et culture, Erès…

Finalement y a t-il de bonnes pratiques ?


2013
09.03

A l’heure de la vague de publications des recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’Anesm les débats se font jours sur le sens, les enjeux, les logiques et les risques de tout codifier en bonnes pratiques notamment dans le secteur social et médico-social. La Revue V.S.T. (Vie Sociale et Traitement), aborde cela de manière transversale et critique dans son dernier numéro sous le titre évocateur : « Y a t-il de bonnes pratiques? ».

Résumé de l’éditeur :

« Comme d’autres activités, le travail social et le soin sont pris dans la tourmente des rationnalisations techniciennes qui promeuvent transparence, maîtrise, efficacité et obligation de résultat. En soi, cela ne peut être considéré comme aberrant ou irrecevable, sauf à revendiquer un parasitisme nourri des souffrances et des misères psychiques et sociales. Pour autant, la réalité de la clinique et des complexités sociales et humaines peut-elle toujours s’accomoder des injonctions à l’efficacité, des objectifs contractualisés, de la technicité normalisée des procédures ? Les trajectoires de la vie doivent-elles et peuvent-elles toujours s’inscrire dans les protocoles et les programmes pensés par tous les spécialistes et les experts ? Accompagner et soutenir l’autre dans un parcours de soin, d’insertion…de vie, suppose aussi une capacité à accepter de n pas toujours savoir où l’on va, à permettre à l’autre de s’embarquer sur des chemins que nul n’avait imaginés ou prévus. En tant que professionnels, faisons-nous toujours la place nécessaire à cette incertitude et à cet imprévisible qui peuvent se révéler plus nécessaires et productifs que tous les programmes et projets ? »

Dossier coordonné par Jean-Marie Vauchez, Marc Ossorguine

V.S.T., Y a t-il de bonnes pratiques, n° 118, 2013, Eres / Céméa

jardin merveilleux pour Alzheimer (ou autres)…


2013
04.29

En cette période de printemps il est utile de souligner les expériences innovantes qui œuvrent pour accompagner ou soigner autrement notamment les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer. Les jardins thérapeutiques sont apparues depuis les années 50 dans les pays anglo-saxons et commencent (enfin) à prendre racine. De nouvelles manière de penser l’accueil et l’accompagnement de nos aînés s’imaginent et se construisent petit à petit. Des expériences se font jour et même les autorités comme l’HAS (Haute Autorité de Santé) commencent à valoriser ces pratiques.

Un ouvrage intéressant sur le sujet, résumé ci-dessous :

« Depuis les années 1950, les institutions anglaises et américaines redécouvrent les bienfaits pour la santé physique, psychique et morale des jardins et du jardinage, en un mot de l’« hortithérapie ». Avec un retard probablement lié à une approche culturelle différente du jardin et des espaces verts, l’intérêt des jardins dits « thérapeutiques » commence seulement à être pleinement reconnu en France. A l’heure où la société industrialisée aspire à renouer avec la terre, cet ouvrage présente une nouvelle manière de se soigner ou de se maintenir en bonne santé : se mettre au vert. Un ouvrage destiné à un large public : patients, médecins, psychothérapeutes, éducateurs, administrateurs d’institutions de soins, élus municipaux notamment, architectes urbanistes, paysagistes, jardiniers, animateurs de jardins botaniques, et plus globalement, toute personne soucieuse de son bien-être et de développer des relations avec la nature ».

Pour aller plus loin, découvrez le livre « Quand jardiner soigne : initiation pratique aux jardins thérapeutiques » de Denis Richard, Delachaux et Niestlé (2011)

l’espace du travail…


2013
03.06

Rewrite desk, GamFratesi, Copenhague

A ne pas manquer sur votre petit écran, le documentaire « Au travail, corps et âme », réalisé par Carmen Losmann en 2012

« Le 6 mars sur ArteTV vous pourrez voir un documentaire consacré aux nouveaux espaces de travail au service du confort des salariés et d’un bien être source d’une productivité renforcée. Rien de bien nouveau depuis les travaux de la psychologue sociale de l’espace et de l’environnement des années 60. Pour autant, les enjeux semblent nouveaux et majeurs face au mal être actuel au / dans le travail.

En apparence, les grandes entreprises du secteur tertiaire mettent tout en œuvre pour assurer le bien-être de leurs salariés. Mais derrière cette vision idyllique, se cachent des formes de gestion du personnel toujours plus intrusives, qui rendent la frontière entre vie privée et vie professionnelle sans cesse plus ténue. Carmen Losmann pose sa caméra dans les locaux de multinationales installées en Allemagne et se fait oublier pour mieux filmer les nouvelles pratiques de gestion du personnel. Sans commentaires, la réalisatrice critique avec acuité ces nouvelles formes d’exploitation au travail… »

Extrait de la critique de Télérama.fr : « Bureaux non territoriaux », « workplace 2.0 », grands halls pensés comme des places de village… Dans le monde merveilleux de l’entreprise moderne, le sempiternel triptyque « ordinateur-moquette-vieux ficus » laisse place à des espaces de travail plus fluides, suggérant que le labeur « n’est pas forcément une contrainte ». Des espaces aux allures de « salons ou de cuisines où l’on se sent comme chez soi ». Mais pas trop quand même. Car l’idée, derrière cette reconfiguration, est d’optimiser les performances des salariés…

Mais en définitive qu’en est-il du workplace 2.0 dans le travail sanitaire, social et médico-social ?

Documentaire Au travail, corps et âme sur Arte TV…

Une disparition : JB Pontalis…


2013
01.28

JB Pontalis, philosophe, psychanalyste et romancier est décédé le 15 janvier dernier. Il laisse une belle œuvre derrière lui et de beaux témoignages comme l’illustre la série d’entretiens sur France Culture.

Rediffusion de l’émission « A voix nue », par Colette Fellous. Réalisation : Bruno Sourcis. Avec la collaboration de Claire Poinsignon et Vincent Decque. Rediffusion des émissions d’octobre / novembre 1998.

« Philosophe de formation, élève de Sartre et ami de Merleau-Ponty, J.-B. Pontalis s’est très vite tourné vers la psychanalyse, en entreprenant dès 1953, une analyse avec Jacques Lacan dans le but de devenir lui-même psychanalyste. Ses trois lieux de travail se répondent : le cabinet de l’analyste, le bureau d’éditeur chez Gallimard, la table d’écriture pour ses romans. L’écouter raconter ses années de formation, ses années d’amitié avec Sartre ; l’écouter décrire son amour des lieux et des rêves ; l’écouter réfléchir sur la nuance d’un mot, c’est en fait écouter le cheminement d’une pensée toujours aux aguets. Partager ces entretiens, c’est avoir le plaisir de l’entendre à la fin de chaque séquence nous offrir un fragment de ces livres » (source : site France culture).

JB Pontalis, A voix nue, 5 épisodes à écouter ici…

Claude Lévi-Strauss et les tropiques…


2012
08.28

Quand une chaîne de télévision intelligente rend hommage à un grand penseur du XXème Siècle il ne faut pas bouder notre plaisir et regarder avec gourmandise le documentaire sur Claude Lévi-Strauss, anthropologue et ethnologue.

« L’anthropologue français Claude Lévi-Strauss, précurseur du structuralisme, a été l’un des premiers à prôner la complémentarité des diverses sciences humaines. Modeste, il se présente comme l’ami et le disciple de Roman Jakobson, soucieux d’appliquer à l’homme les principes de la linguistique structurale. Refusant le titre de fondateur d’une école de pensée, le scientifique n’en a pas moins révolutionné l’ethnologie moderne en démontrant que les mentalités obéissaient à des logiques particulières. A partir d’un entretien que Claude Lévi-Strauss accorda en 1972, se dessine le portrait de l’un des plus grands penseurs du XXe siècle » (source Arte Tv).

Regardez donc le documentaire de Claude Lévi-Strauss sur Arte Tv le 29 août 2012 à 23h15 ou en rediffusion.

Retrouvez également de nombreuses archives très documentées (portrait, entretiens, archives INA, lectures de Lévi-Strauss en vidéo…) dans le dossier complet ici…

les joies du neuromarketing…


2012
05.22

Depuis quelques semaine France 2 dégaine avec une nouvelle émission qui souhaite redonner la part belle aux reportages d’investigation. Cette semaine un sujet fort intéressant et peu connu, l’approche du neuromarketing au service des marques. Une émission à ne donc pas rater pour savoir ce que l’on veut à notre cerveau :

Neuromarketing : votre cerveau les intéresse

Les marques sont de plus en plus nombreuses à scruter le cerveau de leurs clients. A l’aide d’IRM ou d’électroencéphalogramme, elles se livrent à des études sur le subconscient pour pousser à acheter. C’est le «neuromarketing», une pratique interdite. Une chaine de restauration rapide a notamment expérimenté des odeurs artificielles sur des cerveaux de consommateurs. Un géant de l’industrie cosmétique, un service public et le secteur bancaire sont eux-aussi démasqués. Portrait également de Jean-Luc Touly qui se bat contre la marchandisation de l’eau tout en étant salarié de Veolia, le numéro un mondial de la gestion de l’eau. Auteur d’un livre à charge contre son entreprise, il a été licencié puis réintégré après des années de procédure. Il tente de convaincre convaincre des communes de revenir à une gestion publique de l’eau (source : france 2).

Diffusion de l’émission le vendredi 26 mai 22:30 au samedi 26 mai 00:00 sur France 2

Cash investigation, Neuromarketing…